Quelque chose cuit

Le moment le plus tran­quille, l’ex­péri­ence ordi­naire de l’hèsy­chia : les ali­ments cuisent (une mon­tre la bouil­loire le linge la lampe aussi)…il n’y a qu’à atten­dre et se soumet­tre au temps en sur­veil­lant nég­ligem­ment ; le monde con­tin­ue sans effort, sans nous, c’est la mai­son, sa tuyau­terie, ses liq­uides tout ce qui, con­tin­uelle­ment, cir­cule, passe,…

Poursuivre la lecture →

Sîmorgh : habiter les seuils

Je1Petit texte à paraître dans une ency­clopédie fémin­iste, à l’ini­tia­tive des excel­lentes @Jaseuses. Il n’a pas encore été relu, donc c’est du brut… l’ai d’abord rencontré(e) sous son genre mas­culin : il y a 15 ans dans un cours de lit­téra­ture per­sane, on par­lait “du” Sîmorgh, l’oiseau légendaire de l’Iran, qui appa­rais­sait dans Le Livre…

Poursuivre la lecture →

Répondre à l’appel des morts : Cadou (1930–1951) et les Queer Death Studies

Le1Texte à appa­raître dans un cat­a­logue d’ex­po sur René Guy Cadou, dirigé par une col­lègue en lit­téra­ture, Mathilde Lab­bé. Le texte n’a pas encore été relu. lien est auda­cieux, hors de pro­pos et improb­a­ble :  d’un côté, un poète ful­gu­rant du 20e siè­cle, tra­vail­lé par l’enfance, la cam­pagne, l’amitié, l’amour ; de l’autre, un courant lancé…

Poursuivre la lecture →