Matrix Ressurections et l’expérience des régimes d’existence

Peu importe le film (bof), si j’ai aimé ou pas (bof bof), si ce ne sont que des col­lages (bof bof bof), des jeux de ren­vois (bof bof bof bof), d’au­to-cita­tions mal­adroites (beurk). Ce qui m’in­téresse davan­tage, ce sont “les cadres de l’ex­péri­ence” comme dirait Goff­man (livre indé­pass­able des années 70). Il y a beau­coup…

Poursuivre la lecture →

Enquêter avec nos morts — un rêve de ma grand-mère

  Depuis sa mort en mars dernier — ou en juin peut-être août si c’é­tait au print­emps per­son­ne ne sait ni sa nais­sance — ma grand-mère est rev­enue plusieurs fois dans mes rêves et mes médi­ta­tions : pour m’ex­pli­quer une recette de cui­sine (“mange longtemps toi !”), pour se maquiller, pour indi­quer com­bi­en elle avait…

Poursuivre la lecture →

Un arabe comme je les aime” : regards sur la jouissance sans limites des écrivains

Le livre d’Arthur Drey­fus (Jour­nal sex­uel d’un garçon d’au­jour­d’hui, P.O.L, 2021) est un défi pour la cri­tique : que faut-il pren­dre en compte, la poly­phonie formelle et énon­cia­tive, où se mêlent poèmes, apho­rismes, digres­sions, col­lages, séquences biographiques et descrip­tions qui se veu­lent clin­iques (sans réduire pour autant les êtres décrits à leur descrip­tion) ? L’ex­plo­ration…

Poursuivre la lecture →

Quelque chose cuit

Le moment le plus tran­quille, l’ex­péri­ence ordi­naire de l’hèsy­chia : les ali­ments cuisent (une mon­tre la bouil­loire le linge la lampe aussi)…il n’y a qu’à atten­dre et se soumet­tre au temps en sur­veil­lant nég­ligem­ment ; le monde con­tin­ue sans effort, sans nous, c’est la mai­son, sa tuyau­terie, ses liq­uides tout ce qui, con­tin­uelle­ment, cir­cule, passe,…

Poursuivre la lecture →