Usages et pratiques : quelles différences ? (3/7) écologie et archéologie de l’action

Le pre­mier prob­lème auquel je m’at­ta­que­rai main­tenant a été rapi­de­ment posé à la fin de la dernière par­tie : après avoir syn­thétisé les posi­tion­nements du prag­ma­tisme de George Her­bert Mead et de l’in­ter­ac­tion­nisme sym­bol­ique, je me suis demandé si ces deux mou­ve­ments n’avaient pas com­mis une erreur en s’at­tachant prin­ci­pale­ment à l’homme dans la pra­tique. En…

Poursuivre la lecture →

Rhétorique des marginalia imprimées

Les “mar­gin­a­lia imprimées” sont l’ensem­ble des com­men­taires qui accom­pa­g­naient le texte imprimé au 16ème siè­cle. Elles s’ap­par­entent ain­si aux “mar­gin­a­lia de con­fec­tion” (notes de l’édi­teur, folio­ta­tion, etc.) et, con­traire­ment aux “mar­gin­a­lia de lecture”1Tura Adol­fo, 2005, “Essai sur les mar­gin­a­lia en tant que pra­tique et doc­u­ments” dans Daniel Jacquart et Danielle Bur­nett (dir.), Sci­en­tia in Mar­gine. Etudes…

Poursuivre la lecture →

Quelques repères sur l’histoire de l’annotation en Chine (1000–1800)

Belle thèse de Li Yu sur l’his­toire de la lec­ture dans la Chine impéri­ale de 1000 à 18001 YU li, A His­to­ry of Read­ing in Late Impe­r­i­al Chi­na, 1000–1800, Thèse de doc­tor­at en philoso­phie, The Ohio State Uni­ver­si­ty, 2003. , télécharge­able gra­tu­ite­ment et libre­ment ici. Je l’ai lue rapi­de­ment, juste pour avoir une vision d’ensem­ble du con­texte dans…

Poursuivre la lecture →

Se rater de peu

Nous avons, par politesse, chargé le hasard de nous recrois­er. Pour­tant, lorsque je me suis retourné par hasard, alors qu’il par­tait retrou­ver un autre client, je l’ai vu, déjà prêt, me saluer longue­ment en souri­ant, comme s’il attendait sans le réclamer un dernier signe. Nous avons sans doute man­qué d’in­ven­tiv­ité pour sor­tir du cadre social…

Poursuivre la lecture →

Comment annotent les étudiants ? Une étude menée dans une université canadienne

Les études con­sacrées à l’an­no­ta­tion dans les milieux universitaires/ étu­di­ants sont extrême­ment abon­dantes. À l’in­verse des études his­toriques (très nom­breuses, égale­ment), elles ne cherchent pas à recon­stituer l’u­nivers men­tal d’un lecteur à par­tir de ses traces mais à éval­uer des gestes et des procé­dures de tra­vail sus­cep­ti­bles d’être adap­tés aux écrans. C’est, du moins, l’am­bi­tion for­mulée…

Poursuivre la lecture →